La propagande de guerre est arrivée ! (humeur)

Le chef des armées françaises l’a dit : nous sommes en guerre. Son premiervaincre ministre a ajouté que la première des libertés était la sécurité reprenant ainsi les mots de le pen père. Hier donc, fidèle au chef de la Vème République, France 2, télévision d’Etat, a développé une propagande guerrière pour persuader le Peuple. Persuader car les ficelles étaient tellement grosses qu’elles n’avaient aucune chance de convaincre. Quelle est la mécanique à l’oeuvre ? Un petit décryptage rapide de ce qu’il m’a été possible de supporter.

Ils ont mis les moyens France 2 : Envoyé Spécial couplé à Complément d’Enquête. Toute la rédac. sur le pont ! Mobilisation générale pour faire entrer dans le crâne des Français que nous sommes en guerre. Ouvrez la cocotte minute.

Pour commencer la recette vous devez d’abord émouvoir votre proie, attendrir la viande. Facile ! Il suffit d’une bonne marinade de témoignages sur les atrocités du 13 novembre pour y parvenir. Des gens normaux devenus héroïques, des traumatismes, du sang, des pompiers courageux, des médecins ahuris, des larmes, des enfants au regard vide, des paniques…

Il ne s’agit pas pour moi de nier la force des témoignages ou de les remettre en cause, mais bien d’en dénoncer l’instrumentalisation qui en est faite dans une émission comme celle-là.

Car ce premier reportage assoie le reste. Et le reste, c’est la nécessité d’être en guerre. Alors vous faites intervenir des militaires, des vrais, des gradés, sur le terrain, pas de ceux que la grandes muette fait habituellement taire quand ils gueulent contre la baisse des budgets. Non, là elle laisse parler ceux qui disent que « La France va gagner cette guerre », il n’est même pas question de penser autrement. Car depuis le 13 nous sommes en guerre et nous sommes les plus forts ! Vous en doutez ? Alors on va vous montrer. Même les Peshmerga le disent. Enfin pas vraiment les combattants Kurdes qu’on ne verra jamais combattre ; et pourtant ils combattent avec force et Rafale_20dans la souffrance. Mais là ce n’est pas important, ce n’est donc pas eux qui vont rendre hommage à la France mais un volontaire qui traîne là. Pour lui, c’est grâce à l’aviation française et à ses frappes qu’ils ont pu regagner Sinjar (Irak) et reprendre la route si importante qui mène à Raqqa. Qu’ont-ils fait ces missiles français ? Abattus deux silos à grain et un poste de commandement. Trois frappes et hop ! L’état islamique sanguinaire défilait comme un lapin ! « On leur a mis une bonne claque, hein ?! » demande Nicolas Poincaré à la fin du reportage à Amaury de Hautecloque venu sur le plateau pour représenter le RAID qu’il a dirigé : « Oui, on leur a mis une bonne claque, là ! ».

Que c’est beau le Monde quand les gentils arrivent avec leurs gros bras pour heromettre des gifles aux méchants ! Comme c’est facile la vie ! Quel scénario facile à penser ! Mais alors, si c’était si facile de faire reculer daesh, pourquoi a-t-on attendu aussi longtemps ? Parce qu’on nous dit qu’on est en guerre depuis le 13 novembre, mais la réalité c’est que depuis 2011 nous avons fait la guerre en Lybie, au Mali, en Centrafrique, et en Syrie. Et tout ça sans que le Peuple Français ne le sache vraiment même si c’est pourtant une des causes de ce que nous vivons aujourd’hui. Si donc on savait -et on savait- que des attentats terroristes étaient possibles sur le sol français, et si attaquer l’état islamique pouvait les réduire voire les empêcher, pourquoi ne pas avoir abattu ces silos plus tôt s’il n’y avait que ça pour les faire reculer ?

Je vous connais sales pacifistes, vous avez encore des doutes sur la nécessité de dire qu’on est en guerre. La mayonnaise ne prend pas encore assez, alors on va remettre de l’huile. Envoyez les ennemis de l’intérieur !

Il s’agit alors de montrer qu’en moins de deux mois on peut trouver le moyen de s’enrôler chez les djihadistes par twitter et en moins d’une demie-heure de rencontrer un passeur Turc qui vous emmènera dans un camp stopdjihadisted’entraînement sur les terres de daesh. On vous montre même un Français réel, pas un journaliste déguisé, qui veut partir et qui se prépare à le faire par Internet. Mieux que Le Bon coin ! Non, pareil. Au final le plan est foireux et rien ne se passe. Si les djihadistes sont sûrement réels sur Twitter, il n’empêche que dans le reportage on ne saura jamais si les passeurs n’étaient pas de simples détrousseurs d’aventuriers ? Quant à ce Français, désœuvré, il ne partira pas non plus. Il lui fallait trouver un ordinateur que lui demandait les islamistes mais c’était trop compliqué, beaucoup plus que d’aller en Syrie visiblement. Bref, on n’en sait pas plus à la fin du reportage qu’au début. Mais il est clair qu’on voulait nous montrer qu’il était trop facile de devenir djihadiste. De là à devenir un kamikaze, il n’y a qu’un pas. On peut donc transformer un Français en kamikaze en trois mois, six tout au plus. A condition qu’il soit musulman, bien sûr ! Une fois de plus si les filières sont à l’origine des menaces d’attentats que nous connaissons depuis si longtemps, et s’il est si facile de les trouver, juste avec un pseudo sur Internet, pourquoi ne les démantèle-t-on pas aussi vite ?

Mais arrêtez avec votre esprit critique ! Répétez :

1 – je suis très ému et je me sens impuissant face à cette barbarie.

2 – Seule la guerre peut me sauver.

3 – Cette guerre est sans danger pour nous, on reste en l’air, on est fort, il suffit de tirer trois missiles et les Kurdes n’ont plus qu’à avancer en faisant le ménage des bombinettes artisanales des salauds, comme on leur a appris.

4 – Si on ne fait pas ça il y aura encore plus de djihadistes en France tellement il est facile d’aller en Syrie se former et revenir avec plein d’armes et d’explosifs (tiens, ça c’était pas dit dans les reportages… comment ils se procurent le matos ?)

5 – Donc tous ceux qui sont contre la guerre sont contre la France, donc du côté des djihadistes.

Vous avez compris ou je répète ?

Publicités

4 réflexions au sujet de « La propagande de guerre est arrivée ! (humeur) »

  1. Comme c’est étrange : on trouve toujours si facilement les moyens pour faire la guerre… alors que pour l’école ou l’hôpital, il n’y a jamais les sous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s