De la logique des clowns et des marionnettes.

Laurent Wauquiez, nouveau président de la région AURA voulaient mettre des portiques de sécurité avec détecteurs de métaux à l’entrée de tous les lycées sous sa responsabilité. Face à l’infaisabilité pointée par plusieurs proviseurs, il a fait marche arrière. Mais pour sauver sa communication il propose aux établissements d’installer des portiques avec des caméras mais sans les détecteurs. 1000 000 € l’installation, 20 000 000 pour la Région, alors que les lycées souffrent de plus en plus du manque de personnels et de moyens pédagogiques, voilà qui semble inacceptable. Seulement qui résiste ? C’est ce que j’ai voulu savoir dans mon propre établissement dont le Conseil d’Administration a validé la proposition. C’est la raison de cette lettre que j’ai adressée à mes collègues.

Aux enseignants du lycée …

M. l’intendant nous signale que nous devons fermer les fenêtres et éteindre les lumières de nos salles. Il a raison, bien sûr. Nous sommes eco-responsables, ou en tout cas nous devrions tous l’être. Cependant, il y précise aussi une autre logique qui semble présider à tous les arguments : « Les crédits utilisés pour chauffer et éclairer sont des crédits en moins pour la pédagogie…. » C’est ce qu’on appelle le green-washing ou comment donner bonne figure écologique à une cure d’austérité qui affaiblit nos moyens d’année en année. Nous devenons alors les responsables de la pénurie. Ou on chauffe ou on fait de la pédagogie, « There is no alternative » ! Si je laisse les fenêtres ouvertes je suis alors coupable de nuire à l’environnement et coupable vis à vis des élèves que je prive de crédits. L’austérité choisie pour des raisons purement politiques est alors renvoyée à ma seule responsabilité. N’est-ce pas aussi notre rôle d’enseignant de pointer les responsabilités ?

Si j’utilise cet exemple c’est parce qu’il vient percuter un autre événement : La mise en place de portiques de sécurité, joyeusement appelés « tourniquets avec badges », à l’entrée de notre établissement. Cette installation complète, avec caméras de surveillance (heureusement orientées vers l’extérieur ! Ouf nous voilà rassurés !), devrait coûter 100 000 € pour notre cité scolaire. Si je comprends bien la logique comptable à l’oeuvre et énoncée dans l’exemple des fenêtres, ce sera 100 000 € de moins pour la pédagogie ! Ce qui vaut dans un cas doit valoir dans l’autre.

Comment a-t-on pu accepter ça ?

Comment croire que des portiques de sécurité et des caméras de surveillance peuvent remplacer 100 000 € de crédits pédagogiques ?

Je ne peux pas imaginer qu’un enseignant ne soit pas au courant des intentions de M. Wauquiez qui est pour les camps de rétention et qui pense que les formations artistiques, dont celles de clowns et de marionnettistes, sont fantaisistes et inutiles.

Mais sans entrer dans les considérations politiques qui gouvernent le nouveau président de notre région sur la sécurité, en tant que professeurs, comment pouvons-nous encore préférer la sécurité à notre liberté pédagogique ?

Comment ne pas comprendre que ces systèmes informatisés remplacent des humains, donc de la pédagogie ? Pourquoi sommes-nous enseignants ? Pour répéter, pour être présent face aux élèves, pour expliquer, pour faire des citoyens, des gens capables de penser, d’imaginer un autre monde, de ne pas se résigner devant ce qu’on leur présente comme fatalité, de ne pas céder à des peurs construites, pour que nos valeurs républicaines soient encore comprises pour être défendues. En tout cas c’est ce qui me tient.

Quelles peuvent bien être ces si fortes motivations qu’elles permettent d’accepter ces portiques au détriment de nos fondamentaux ? Il y aurait beaucoup d’arguments à avancer contre cette mesure inutile mais qu’on me réponde sur un seul : En quoi 100 000 € investis dans ce dispositif sera plus en accord avec notre mission que 100 000 € investis dans le pédagogique ?

Avec 100 000 € on aurait par exemple pu revoir notre système de chauffage qu’on ne peut réguler et qui nécessite qu’on ouvre les fenêtres alors qu’il fonctionne. Car la réalité, c’est que si les fenêtres ne sont pas fermées le soir dans les salles, c’est parce qu’elles sont ouvertes la journée pour pouvoir tenir alors qu’il fait trop chaud quand que le chauffage fonctionne. Et si les lumières sont allumées c’est parce que le soleil tape dans nos salles et que les stores sont baissés pour s’en protéger.

Comment pouvons-nous accepter de marcher sur la tête comme nous le demande M. Wauquiez ? Comment accepter d’être pris pour des clowns et des marionnettes par celui qui veut en supprimer les formations ? …

Didier Thévenieau

Publicités

2 réflexions au sujet de « De la logique des clowns et des marionnettes. »

  1. Je soutiens totalement cet appel à la résistance devant de telles initiatives.
    Dans les établissements scolaires , la présence de personnes dont le rôle est d’encadrer les élèves ne cesse de diminuer ( surveillants, conseillers d’éducation, etc..) depuis déjà quelques années. Ce sont des postes de salariés , des moyens humains , pédagogiques, des dispositifs d’accompagnement des élèves qui disparaissent au détriment du bon fonctionnement de ces établissements dont la fonction première est l’éducation, la formation des élèves.
    La réponse de Wauquiez aux besoins de l’école par du flicage et des caméras est conforme au personnage.Syndrome du shériiff en plus grave. Ce qui m’afflige profondément, c’est que le conseil d’administration ait laissé entériné une telle absurdité! Combien d’enseignants y siègent?
    Au moins quelques voix se sont-elles élevées?
    Suzy Viboud.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s