Instrumentalisation du Parti de Gauche Aura

Dans un premier temps c’est la surprise qui nous a envahis, puis la révolte et aujourd’hui nous sommes vraiment tristes. De quoi est-il question ? Du lancement des listes PCF pour la campagne des élections régionales qui a eu lieu samedi 3 octobre et lors duquel il a été faussement dit qu’un accord avait été passé avec le Parti de Gauche sur la Haute Loire. Tristes donc de voir un membre du FDG en instrumentaliser un autre, le tout au nom de l’Humain d’Abord.

Lire la suite

Pourquoi un Rassemblement citoyen écologique et solidaire ?

Un peu partout sur les réseaux et par email circulent appel à l’unité à gauche pour les Régionales en Auvergne Rhône-Alpes et interpellations plus ou moins violentes mais toujours critiques à l’égard du Rassemblement construit autour de citoyens non encartés, du Parti de Gauche et Ensemble! (membres du Front de Gauche), EELV, Nouvelle Donne et la Nouvelle Gauche Socialiste. Silencieux depuis que les instances du Parti Communiste Rhône-Alpes Auvergne ont fait entériner leur volonté de partir seuls dans ces élections par leurs adhérents, il devient aujourd’hui impossible de se taire face à ce qui est une véritable campagne de désinformation et de nuisance qui laissera des traces. A travers une série de fausses vérités, ce sont des militants, des amis, des camarades qui se retrouvent pris en otages, sommés de se rallier à un seul point de vue. Étrange campagne pour l’unité alors que dès le mois d’avril, contre notre volonté, était mis fin au travail Front de Gauche que Ensemble ! et le Parti de Gauche avaient proposé pour arriver forts et unis pour ces échéances. Étrange aussi l’écho de cet appel à l’unité aujourd’hui alors que celui que nous avions lancé début juin, quand tout était encore permis, est resté sans réponse…

Mais comme cette situation interroge tous ceux qui, attachés au Front de gauche, espéraient son unité à l’occasion de cette échéance importante, à la suite de ma camarade Corinne Morel Darleux avec qui nous avons vécu cette période depuis le mois d’avril, à mon tour de témoigner personnellement pour donner à comprendre le déroulé des événements à celles et ceux que je sais sincères.

Lire la suite

Voitures et pollution : le gouvernement à contresens

Les invités de Médiapart

Mathieu Agostini, conseiller municipal des Lilas (Seine-Saint-Denis), Corinne Morel médiapartDarleux, conseillère régionale Rhône-Alpes, Danielle Simonnet, conseillère de Paris et Didier Thévenieau, responsable écologie du Parti de Gauche, dénoncent la politique automobile du gouvernement, et notamment la prime aux véhicules électriques: « Aucune transition écologique ne permettra de sortir de l’impasse sans la prise en compte des inégalités sociales ».


Aujourd’hui, plus de 22% des ménages français sont en situation de « vulnérabilité énergétique », selon l’Insee. Outre les factures liées au logement, une part significative de cette précarité est liée aux transports. Le problème de la mobilité est donc une urgence sociale doublée d’une urgence environnementale que la pollution aux particules fines et ses conséquences sanitaires accentue. Plusieurs études de l’Union européenne, de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Institut de veille sanitaire montrent en effet que la pollution aux particules fines (PM10 et PM2,5), dont les pics sont liés aux transports, cause plus de 42 000 décès par an (1) dans notre pays et participe à la réduction de notre espérance de vie.

On pourrait donc attendre du gouvernement et du Parti socialiste, qui cherchent à verdir leur image dans l’objectif de la COP 21 fin 2015 à Paris, des mesures concrètes pour faire face à une situation de plus en plus grave. Las, aucune proposition dans le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte de Ségolène Royal, ni dans le plan “anti-pollution” et les “ zones à basses émissions ” d’Anne Hidalgo à Paris, n’est à la hauteur des enjeux.

…     Lire la suite sur Médiapart

Forum de l’écologie radicale – Nîmes 2015

forumecolonimesLe 31 janvier dernier, j’ai eu l’occasion de participer au Forum de l’écologie radicale organisé à Nîmes. J’y avais été invité pour présenter, au nom du Parti de Gauche, notre vision de l’écosocialisme et notre approche du problème de l’énergie. A l’issue d’un débat riche auquel ont participé l’écologie libertaire, le MOC, le NPA, EELV, Les Alternatifs, nous avons pu constater, au-delà des éléments peu nombreux qui restent à discuter entre-nous, que nos convergences font prendre conscience à chacun qu’il est peut-être temps d’avancer ensemble. Au fur et à mesure que je participe à des rencontres comme celle-là se renforce l’idée que nous devons chercher à nous connaître pour éviter les caricatures que chacun véhicule sur les autres.  Il apparaît alors que les militants sont loin des positions d’appareils et que nous n’avons jamais été aussi près d’enfin nous retrouver. Voilà pourquoi il semble qu’opposer un mouvement citoyen à des rapprochements d’organisations qui trouvent enfin de convergences, est plus qu’une erreur (comme s’il n’y avait pas de citoyens dans les partis et orgas !) mais une faute de compréhension du moment qui se construit. Nous y reviendrons…

Voici donc le texte que les organisateurs nous ont demandé sur notre intervention. Contraint à 4000 signes pour entrer dans le format commun, il pourra paraître sec et incomplet. C’est le jeu !

Lire la suite

UN GOUVERNEMENT VERT-DE-GRIS

vert de gris

« La Harde de cerfs écoutant le rapproché » d’Arthur Le Duc Source : Article Vert-de-gris de Wikipédia

La feuille de route présentée par Manuel Valls et Ségolène Royal ce 4 février « pour faire de la France le pays de l’excellence environnementale », n’a en réalité pour but que de verdir l’image cuivrée de François Hollande en vue de la COP21 et de 2017. En effet, que reste-t-il au Président de la République pour cacher ses trahisons sociales sinon de passer son image au cynique vinaigre du capitalisme vert ?

Lire la suite

Soutien à l’écrivain Erri de Luca – Communiqué de presse

logo-PGRA-ecsoc

Soutien à l’écrivain Erri de Luca,

qui comparaît le 28 janvier devant le tribunal de Turin

Nicole Benayoun, Corinne Morel Darleux et Didier Thévenieau

Inculper un écrivain pour ce qu’il écrit, c’est saboter son droit à la parole.

Erri de Luca estime légitime de « saboter » le projet de tunnel pour la liaison ferroviaire Lyon-Turin, dite TAV, seule solution pour mettre un terme à une entreprise coûteuse, inutile et dévastatrice dans le Val de Suse (Piémont).

Il l’a écrit dans un pamphlet, La parole contraire, édité chez Gallimard, et répété lors de plusieurs entrevues avec des journalistes. Il risque une peine de 5 ans de prison.

Ce projet pharaonique, évalué à environ 30 milliards d’euros pour la seule infrastructure ferroviaire, est une aberration sur le plan économique, compte tenu de l’évolution des flux de transport de marchandises, et sur le plan écologique, avec destruction de terres agricoles, millions de mètres cubes de déblais, et, plus grave encore, destruction irréversible de l’hydrologie du massif.

Les opposants du côté français et italien exigent l’utilisation de la voie ferroviaire existante, largement sous-utilisée (moins de 20% de sa capacité), pour les flux transfrontaliers entre la France et l’Italie.

Les travaux côté italien ont été imposés de façon brutale, sans concertation avec la population. Ils ont déclenché une mobilisation très importante.

Alors que la loi Macron veut introduire le « secret des affaires », il importe plus que jamais de soutenir les lanceurs d’alerte et toutes celles et ceux qui osent ne pas se taire.

Nous, élus et militants du Parti de Gauche, apportons tout notre soutien à l’écrivain engagé Erri de Luca, tout comme nous soutenons les opposants pacifiques en France, menacés pour avoir simplement déployé une banderole.

La liberté d’expression n’est pas à géométrie variable, qu’elle soit tissée de mots ou de banderoles. La liberté d’expression est légitime quand les citoyens sont privés de parole.

Partout, nous la défendrons !

OUI ! JE SUIS CHARLIE ! Et alors ?

Fallait-il participer aux rassemblements de dimanche ? Ne fallait-il pas ? Les débats ont souvent été houleux et depuis deux jours les « je ne suis pas Charlie » fleurissent. Et pourquoi pas ?! Mais certains arguments charlieunequi sont avancés pour les justifier m’empêchent de dormir. Réellement. D’un côté il y aurait des moutons de Panurge, de l’autre une avant-garde éclairée solitaire qui sait ce qui est bien pour le Peuple dont elle se tient soigneusement à l’écart depuis toujours, en profitant de son temps libéré en restant chez elle pendant que ce Peuple s’exprime, pour dire pourquoi le Peuple est composé de cons incapable de penser par eux-mêmes.

J’aime beaucoup Frédéric Lordon ! Je m’en nourris souvent, m’en sers parfois d’appui et ne l’ai jamais considéré de cette engeance prétentieuse dont je parle. Mais le dernier texte tiré de son intervention à la soirée « La dissidence, pas le silence ! » organisée par le journal Fakir, et les propos qui accompagnent souvent sa diffusion sur les réseaux, troublent mon sommeil. Il me fallait donc écrire pour ne pas crier et réveiller la maisonnée. Alors, je n’ai pas le temps mais je le prends parce que tout ce que je lis depuis plusieurs jours sur le sujet m’anéantit presqu’autant que les événements eux-mêmes.

Lire la suite