Cher-e-s ami-e-s-, cher-e-s camarades qui avez fait une si belle campagne !

Initialement destiné à mes camarades de la Région Rhône-Alpes aux côtés de qui j'ai coordonné la campagne des européennes du FDG à la demande de Eric Coquerel, ce mot de remerciements s'est transformé en billet politique. Il me semble concerner tout notre parti, je le publie donc ici.

Lire la suite

Faut-il préférer les élu-e-s aux électeurs/trices ?

Un court billet que je ne peux retenir en ces temps d’orages …

J’entends, lis et vois partout des échanges de plus en plus tendus entre les membres du FDG à propos des municipales. Pour être plus clair, il est question de la position du PCF qui réfléchit (et travaille déjà dans certaines communes) à des alliances de premier tour avec le PS. Il s’agit alors de ressortir le vieux débat du « il vaut mieux y être » contre « pas de compromis ».

Lire la suite

Le nationalisme est soluble dans l’écosocialisme.

Cette période de crises systémiques économique, démocratique, écologique, voit une montée en puissance du nationalisme1, en France comme partout, non seulement à travers l’apparente progression du Front National2, mais surtout par la légitimation des Le Pen par une oligarchie qui voit là son dernier recours pour éviter ce qui adviendra quoi qu’il en soit : l’écosocialisme.

Des individus contre les Peuples

Adam

Mosaïque de la Chapelle Palatine (Palerme, XIIe siècle)
Tu gagneras ton pain à la sueur de ton visage. (Genèse, III, 16-19)

Nos civilisations modernes3 se sont construites sur les monothéismes. De là a été posée l’idée que le salut de l’Homme viendrait de son travail sur la nature dont il pouvait utiliser toutes les ressources. Nos civilisations pensent le progrès technique comme l’Arche qui nous sauvera du déluge que la nature déverse sur nous, coupable que nous sommes d’avoir ouvert les yeux4. Grâce à la raison et au travail qu’elle organise, nous pourrons alors nous « rendre comme maître et possesseur de la nature5 ». De là le machinisme, la production de masse, le capitalisme, et le libéralisme seul système capable d’écouler des monceaux d’objets qui deviendront bons parce qu’on nous les fait désirer6.

Lire la suite

Les collaborateurs du FN ou Les stations de la cruci-fiction

Honorer la mémoire de Clément Méric ne sera jamais inutile, apporter notre soutien à sa famille, ses proches et ses camarades non plus. Mais il n’est pas question, ici, de revenir sur les événements tragiques qui ont conduit à son assassinat. Pour cause, ils ne nous ont pas quittés et ne sont pas prêts de disparaître de notre mémoire collective.

Ce qui motive ce billet, c’est plutôt ce qu’ont révélé ces derniers jours à travers la mise dos à dos, par certains médias et une grande partie de l’intelligentsia, de l’extrême-droite et l’extrême-gauche, sans même que la moindre réflexion sur ces notions n’ait été faite.

Depuis longtemps, plus aucun commentaire « grand-public » (excepté de ceux qui le dénoncent) ne s’attache à préciser ce qu’est l’extrême-droite, ce que veut le FN et les liens entre eux.

Je ne reviendrai donc pas ici sur ce que Jean-Luc Mélenchon a très bien expliqué dans son billet, mais sur des questions fondamentales : qu’est-ce que l’extrême-droite ? Qu’est-ce que le racisme ? Qu’est-ce que le FN ? Y a-t-il un lien entre eux ? Et quelle est la responsabilité de celles et ceux qui font un amalgame entre tout ça et l’extrême-gauche et le Front de Gauche ?

Lire la suite